COMMUNIQUES DE PRESSE   |   REVUE DE PRESSE   |   DOSSIER DE PRESSE



PRODUCTION : Alertes de membres de la commission Cosip sur baisse investissements des chaînes
Publié le

Neuf des quatorze membres de la commission d'attribution des aides sélectives du COSIP (CNC) tirent un signal d'alerte sur la "diminution critique des investissements des chaînes » dans la production dans une lettre ouverte au président de la République, à la ministre de la Culture et de la Communication, aux députés membres de la commission spéciale chargée d’examiner le projet de loi de réforme de l’audiovisuel et aux directeurs de chaînes de télévision.
Ils estiment qu’ « aujourd’hui rare sont les diffuseurs qui paient leurs programmes à leur juste prix » et que « toute une industrie de petites et moyennes entreprises est en train de s’effondrer. « France Télévision n’a pas les moyens des ambitions de ses programmes sur ses chaînes principales, et sous-paye les programmes conçus pour ses antennes régionales et outre-mer », tandis que les groupes privés « profitent de leur situation de quasi-monopole pour imposer aux producteurs indépendants des préachats ou des coproductions à des tarifs au-dessous des réalités de production ».
Les signataires craignent aussi que, « pour défendre le concept de média global », les diffuseurs ne bloquent la circulation des œuvres en dehors de leur groupe et, ainsi, l’accès à des financements complémentaires sur le second marché français.
Ils dénoncent une « aberration » : les aides provenant du CNC, des régions, de la Procirep et autres (qui devraient jouer un rôle de « bonus » ou d’ « incitations ») « sont de facto des minimums indispensables à la fabrication d’un programme », représentant même « souvent plus de 40% des plans de financements ». Selon eux, les « décisions politiques » que sont la suppression de la publicité sur les chaînes publiques et la remise en cause des décrets Tasca « doivent s’accompagner de moyens financiers réalistes qui permettront à ces diffuseurs de tenir leurs ambitions de grille mais celles aussi de tout un secteur ».
Ils font ainsi appel au « politique », « car déjà son absence dans els accords producteurs/diffuseurs montre bien que, sans l’État, seule la loi du plus fort l’emporte au détriment de la création ».
Ces membres de la commission estiment qu’il est « capital » d’assurer un « financement suffisant » pour France Télévisions.
« Au moins la télévision publique donnerait l’exemple et tirerait vers le haut tout le secteur.
» « Payer les programmes au juste prix, c’est parier sur l’avenir », concluent-ils. Sont signataires de cette lettre ouverte : Charles Antoine de Rouvre (réalisateur, président de la commission), Bénédicte Lesage (productrice, vice-présidente), Blanche Guichou (productrice), Carole Bienaimé (productrice), Virginie Boda (scéanriste), Valery Gaillard (réalisateur), Samir Oubechou (acteur), Antoine Martin (producteur) et Frédéric Texeraud (producteur).
A noter : les membres non signataires sont les représentants des diffuseurs et le représentant de la DDM. (Satellifax, vendredi 14 novembre)
 


Mascaret Films, Siège social: 12 rue Servandoni, 75006 Paris. Adresse de correspondance: 10 rue Waldeck Rochet - Bâtiment 521, 93300 Aubervilliers
Droits de reproduction et de diffusion réservés © 2007 Mascaret Films
DHTML JavaScript Menu By Milonic