COMMUNIQUES DE PRESSE   |   REVUE DE PRESSE   |   DOSSIER DE PRESSE



Ne jamais adapter de beaux romans - Patrick Laurent
Publié le Février 2010

“Ne jamais adapter de beaux romans” c’est ma devise.
Et c’est pourtant exactement ce que j’ai fait avec Une lubie de monsieur Fortune.
A peine l’avais-je refermé que j’ai tout de suite pensé que c’était l’exception qui confirme la règle, qu’il y avait là la possibilité de faire une vraie perle télévisuelle.
Et, de fait, je n’ai nullement pensé au cinéma.
Comme si le petit écran et son caractère intimiste se prêtaient idéalement à une adaptation, comme si je savais à l’avance que si l’on parvenait à seulement respecter l’esprit de l’oeuvre, dans un format discret, modeste et quasi timide, alors on avait quelque chance de réaliser une bien jolie chose et que Sylvia Towsend Warner* ne soit pas trop fâchée contre nous.
Car c’est bien vrai qu’on ne peut pas adapter un vrai livre, je veux dire un livre dont l’écriture est comme la respiration interne du récit, sa vie même.
Et c’est exactement le cas avec Sylvia.
Sa langue est primesautière au sens littéral de prime saut, de bond au lever du jour, la liberté commande tous ses mouvements, l’esprit d’enfance y règne souverainement avec sa malice, sa grâce, sa gravité.
Cela serait perdu, je le savais.
Mais je pensais que si je parvenais à introduire des petits événements quasi humoristiques, une forme de suspens et d’aventure tout à la fois minuscule et dramatique, alors j’avais une chance d’évoquer cette écriture même qui est l’esprit de l’œuvre, ce qui était la condition absolue pour traduire dans une autre forme la beauté de cette histoire et parvenir ainsi à intéresser le spectateur.
Par bonheur, le réalisateur Philippe Venault a partagé cette vision et a très bien réussi, me semble-t-il, à créer cette forme, de sorte qu’après avoir vu le film je me suis souvenu de mon premier sentiment et j’ai pensé : oui, voilà une vraie perle télévisuelle, Sylvia ne sera pas trop fâchée contre nous.
Puissent les spectateurs partager mon sentiment. PatrickLaurent, scénariste *Sylvia Townsend Warner auteure anglaise (6 décembre 1893 - 1er mai 1978).
Connue en France grâce à Jacques Roubaud qui a préfacé les traductions françaises de Coeur pur, Laura Willowes et Une lubie de monsieur Fortune.
 


Mascaret Films, Siège social: 12 rue Servandoni, 75006 Paris. Adresse de correspondance: 10 rue Waldeck Rochet - Bâtiment 521, 93300 Aubervilliers
Droits de reproduction et de diffusion réservés © 2007 Mascaret Films
DHTML JavaScript Menu By Milonic